Musée Fabre, escale culturelle incontournable de Montpellier

Partager sur facebook
Partager sur twitter

L’évolution de l’art dans le temps au travers d’une collection imposante

Toutes proportions gardées, le musée Fabre est à Montpellier ce que le musée du Louvre est à Paris. Un lieu culturel que tout le monde connait mais qu’on ne prend pas forcément le temps de découvrir lorsqu’on vit à côté toute l’année ! Et pourtant, on ne peut que vous conseiller de prévoir quelques heures pour arpenter ses allées… ​

Le musée Fabre, c’est avant tout un lieu hors norme où on passerait presque plus de temps à admirer la beauté des salles que les tableaux et sculptures qui s’y affichent. La bâtisse, déjà imposante de l’extérieur, renferme des pièces splendides où l’on se sent petits. Ses murs sont ceux de l’hôtel de Massilian, hôtel particulier du 18ème siècle. Rénové entre 2003 et 2007, il a vu sa capacité passer de 3000 à 9000m2 et son nombre de visiteurs annuels grimper à environ 300.000 ! Autant dire que le risque de s’y perdre y est grand !

Tableaux, sculptures, dessins, gravures, objets d’art ; sa collection y est impressionnante. Elle a été enrichie au fil des années, permettant au musée Fabre d’être aujourd’hui considéré comme l’un des musées les plus importants de province. Paris boxant dans une autre catégorie dans ce domaine, il faut bien l’avouer.

Rubens, Courbet, Soulages exposent au musée Fabre

Alors que le musée s’est créé autour de la donation originelle de François-Xavier Fabre, peintre et collectionneur du 18ème/19ème siècle, on y retrouve de ce fait un nombre important d’oeuvres des époques classique et néo-classique. Attendez-vous donc à contempler de nombreux portraits de la bourgeoisie de l’époque. Certains nous ont plutôt laissé de marbre, alors que d’autres nous ont carrément enthousiasmés. Difficile de donner les raisons, le mieux est que vous vous fassiez votre propre idée !

Les oeuvres d’artistes contemporains sont minoritaires, mais il est important de noter la présence d’une grande collection de tableaux monochromatiques de Pierre Soulages puisqu’un espace lui est spécifiquement dédié. Ses créations drapées de noir tranchent avec le reste des collections contemporaines multicolores et apporte un contraste rafraîchissant. ​

Enfin, le musée Fabre propose également des expositions temporaires qui paraissent avoir comme fil rouge l’histoire de Montpellier. Cet été mettait notamment en avant les 800 ans de la faculté de médecine. Précédemment, une exposition temporaire avait elle pour thème « Jean Ranc. Un montpelliérain à la cour des rois ». Un périple culturel qui développe par ailleurs nos connaissances historiques !